Inscription à l’infolettre

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Développement socio-économique

Plandedéveloppementdelazoneagricole

Plan de développement de la zone agricole du Val-Saint-François

Le Plan de développement de la zone agricole (PDZA) est une démarche réalisée en partenariat avec les acteurs du milieu agricole de la région. Il permet à la MRC de mieux cibler les interventions à réaliser pour dynamiser ce secteur d’activités économiques important.

Révision du PDZA en 2023

La MRC du Val-Saint-François révisera son plan de développement de la zone agricole (PDZA) en 2023.
Pour lire le communiqué complet, cliquez ici.

Étapes de révision du plan :

  • Février 2023 : sondage réalisé auprès des agriculteurs.trices du territoire.
  • Avril 2023 : Rencontres de discussion portant sur diverses thématiques, sur invitation seulement.
  • Mai 2023 : 50 personnes ont participé au forum consultatif tenu le 1er mai dernier. Cette activité était destinée aux entreprises agricoles, aux organismes et aux citoyens.nes du Val-Saint-François. Pour lire le communiqué complet, cliquez ici.
  • Juin 2023 : consultation publique en ligne, s’inscrivant en continuité du forum citoyen qui a eu lieu le 1er mai 2023. La population a pu se prononcer et faire part de leurs commentaires sur des solutions à envisager.
  • Novembre 2023 : 2e forum consultatif – Des idées à l’action.
    Le dernier rendez-vous dans le cadre de la révision du Plan de développement de la zone agricole (PDZA) du Val-Saint-François a eu lieu le 16 novembre dernier à Richmond. 32 personnes ont participé à la présentation des grands chantiers et aux ateliers interactifs pour faire part de leurs commentaires sur des actions proposées.
    Pour consulter la présentation du 2e forum, cliquez ici.
    Pour consulter les fiches des chantiers présentés, cliquez ici.

La révision du PDZA est coordonnée par l’agente de développement agroalimentaire, Véronique Gagnon. Si vous êtes producteur.trice agricole et que vous voulez participer à la démarche de révision du plan, veuillez communiquer avec Véronique à agriculture@mrcvsf.ca ou au 819 826-6505, poste 229.

La zone agricole de la MRC est d’une superficie de 114 854 ha et occupe 83 % du territoire. Les terres en culture représentent 18,49 % de la superficie de la MRC du Val-Saint-François avec 26 413 ha. Le Val-Saint-François est au 3e rang en Estrie en matière de revenus agricoles. La région dispose de 493 entreprises agricoles avec des revenus agricoles qui s’élèvent à plus de 108 millions de dollars.

– référence : Statistique Canada, recensement agricole, et équipe géomatique de la MRC du Val-Saint-François.

Pland’actionduPDZA

Le plan d’action 2016-2021 regroupe 17 mesures déterminées par le milieu pour répondre aux préoccupations et aux besoins du milieu agricole de la MRC.

Il propose des actions variées touchant :

  • la relève agricole ;
  • la main-d’œuvre ;
  • l’agrotourisme ;
  • la transformation ;
  • la mise en marché des produits régionaux et bien d’autres.

Ces actions viendront accroître la vitalité socio-économique du territoire agricole du Val-Saint-François.

Consultez le plan d’action pour découvrir les mesures, les échéanciers, les responsables, les problématiques auxquelles ces mesures répondent ainsi que les indicateurs de suivi.

Répertoireagroalimentaire

L’une des actions importantes identifiées dans le plan d’action du PDZA est la mise en place d’un répertoire agroalimentaire. Celui-ci contiendra la liste des producteurs et entreprises de la région. Ce répertoire vise à favoriser l’achat local. Il a également pour objectif de mieux faire connaître les produits offerts et leurs divers points vente dans la MRC du Val-Saint-François.

Bandesriverainesenmilieuagricole

Les bandes riveraines en milieu agricole sont d’une très grande importance écologique. Cette zone est protégée par la loi et doit être des deux côtés du cours d’eau. Celles-ci doivent être laissées à l’état naturel ou aménagées afin de maximiser leurs services écologiques. Dans la bande riveraine, il est interdit de faire du travail au sol, d’appliquer des intrants, ou d’y laisser le sol à nu.

Une bande riveraine en milieu agricole doit être d’au moins 3 mètres au-dessus de la limite du littoral et doit mesurer au moins 1 m à partir du haut du talus.

Boîte à outils

Les bandes riveraines apportent plusieurs services écologiques et bienfaits pour les agriculteurs.  Les bandes riveraines filtrent les polluants comme les fertilisants, les pesticides et les particules d’eau de ruissèlement. Celles-ci permettent d’augmenter la qualité de l’eau des cours d’eau, des rivières et des lacs en aval des sites agricoles.

Par le ralentissement de l’eau, les bandes riveraines permettent de réguler le niveau de l’eau dans les cours d’eau. Celles-ci sont un excellent outil pour contrôler l’érosion et stabiliser les berges. Elles permettent aussi d’éviter les pertes abusives de sol.

Par ailleurs, les bandes riveraines sont un excellent habitat pour la faune et la flore, plusieurs espèces à statut particulier peuvent profiter de cet habitat.

Finalement, elles peuvent agir comme haie brise-vent naturelle.

 

Pour plus d’informations (liens utiles) :

Certains indices peuvent laisser présager qu’une bande riveraine n’est pas efficace. C’est le cas lorsqu’il est possible de voir de l’érosion, du décrochement ou des rigoles. Si l’eau dans le cours d’eau est trouble, cela peut aussi être un signe que la bande riveraine ne fait pas efficacement son travail. Un aménagement adéquat peut aider à éviter les pertes de sol dans les cours d’eau.

Exemple d’érosion

 

Pour plus d’informations (liens utiles) :

Il est possible de laisser sa bande riveraine à l’état naturel ou de l’aménager afin qu’elle réponde mieux aux besoins. Il est préférable de planter des plantes indigènes dans la bande riveraine. Les différentes strates de végétation, soit herbacées, arbustives et arborescentes ont chacune leurs avantages. Elles peuvent et devraient être combinées pour en tirer un maximum de bienfaits. Les herbacées aident à la filtration des polluants et des matières en suspension présents dans l’eau de ruissèlement, les arbustes sont excellents pour stabiliser les berges et les arbres rafraichissent le cours d’eau. Les différents aménagements peuvent demander un certain entretien, surtout dans les premières années pour assurer leur réussite. Il faut donc rester alerte aux signes d’érosion et de mortalité afin de réagir rapidement.

 

Pour plus d’informations (liens utiles) :

Aménagement :

Entretien :

Quand il est question de cours d’eau et de bandes riveraines, plusieurs lois et règlements dictent ce qui est permis, interdit ou nécessite des autorisations.  En milieu agricole, il est obligatoire de garder une bande riveraine de 3 mètres et s’il y a une pente, la bande doit être d’au moins 1 mètre sur le replat. Il n’est pas nécessaire d’avoir une autorisation pour faire la plantation d’herbacées, d’arbustes ou d’arbres dans la rive. Cependant, pour effectuer plusieurs autres activités il faut faire une demande d’autorisation ministérielle, comme pour faire la stabilisation du talus. Assurez-vous de suivre la règlementation en vigueur.

Pour plus d’informations (liens utiles) :

Faire un aménagement dans la rive peut avoir son niveau de complexité. Il est alors pertinent de consulter des experts afin d’assurer la pérennité et l’efficacité de l’aménagement. Il existe des organisations qui peuvent aider au financement de l’aménagement et aident à payer les conseillers.

Des ressources sont accessibles dans le Val-Saint-François pour aider les producteurs. Par exemple, le Club agroenvironnemental de l’Estrie et le Groupement forestier coopératif St-François peuvent offrir des conseils et de l’aide technique. De l’aide financière est aussi disponible pour les producteurs. Le programme Prime-Vert, la Fondation de la faune du Québec et le Réseau Agriconseils peuvent aider à alléger le poids financier d’un aménagement et des services de conseils d’experts.

Liens utiles :

  • Groupement forestier coopératif St-François:
    • Site internet: https://gfsf.ca/
      Personne responsable des bandes riveraines : Denis Boutin – Directeur
      Téléphone : (819) 845-3266, poste 101
      Courriel : dboutin@gfsf.ca

L'ARTERRE

L'Arterre

L’ARTERRE est un service de maillage axé sur l’accompagnement et le jumelage entre aspirants-agriculteurs et propriétaires. Il privilégie l’établissement de la relève agricole par la reprise de fermes, l’acquisition ou la location d’actifs et la mise en place de partenariats. L’objectif est d’assurer la pérennité des entreprises et du patrimoine agricole au Québec.

L’ARTERRE repose sur un accompagnement personnalisé. Chaque MRC adhérente offre les services d’un agent de maillage qui connait bien son territoire et ses candidats. Dans la MRC du Val-Saint-François, l’agente de maillage offre les services suivants :

  • recrutement;
  • évaluation et préparation des candidats;
  • repérage et mise en relation des aspirants-agriculteurs et propriétaires;
  • précision des éléments pouvant influer sur la conclusion d’une entente d’affaires et;
  • référencement de ressources professionnelles.

Répertoires des offres

La section « Répertoire des offres » sur le site web de L’ARTERRE regroupe des fiches pour les propriétaires et les aspirants-producteurs. On peut donc y voir les offres de terres agricoles, de bâtiments ou d’entreprises ainsi que des renseignements sur les aspirants-producteurs. Consultez régulièrement le répertoire pour ne rien manquer !

Consultez le feuillet informatif pour connaître les tarifs 2024. Visitez la section Écocentres
Profitez de nos trois sentiers : le sentier de la Rive (entre Sherbrooke et Richmond), le sentier de la Vallée (entre Richmond et Danville) et le sentier de l'Ardoise (entre Bonsecours et Racine)